Partagez | 
 

 •• Uriel Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 8

MessageSujet: •• Uriel Jones   Jeu 13 Sep - 12:29

Welcome to Rosewood City

Uriel Jones

ft.Zachary Quinto


"Before the night is over, I’m gonna show each of you, one by one, that you’re all monsters exactly like me."



Âge :
30 ans.
Groupe :
Civil.
Métier :
Infirmier.
Statut Civil :
Célibataire.
Sexualité :
Hétérosexuel.



Caractère


Uriel Jones n’est pas un homme que l’on peut cerner. Comme ça à vue d’œil il a l’air charment. Un homem respectable et un infirmier compétent. Adorable avec les petits vieux auxquels il change les couches. Prévoyant et compréhensif avec les jaunes mamans. Jamais personne au sein de l’hopital où il travaille ne se serait douté de quel genre d’homme il était vraiment. Un sociopathe, un pervers et un assassin. Voila quelle était la véritable nature d’Uriel Jones. Un homme doué pour le mensonge qui aprvenait à cacher sa véritable personnalité. Oui il aimait tuer plus que toute autre chose. La vie avait fait de lui ce qu’il était. Uriel Jones ne parvient pas à comprendre la vie c’est pouquoi il erre sans but dans une existence qui lui semble morne et sans goût.
Son cœur était une épave. Son âme s’était brisée en mille morceaux durant son enfance. Trop de souffrance pour un si petit garçon. Son cœur en lambeau ne semble plus capable de ressentir quoi que ce soit à présent. Ses sourires sont mensonge. Sa préocupation est un emnsonge. Sa gentillesse est un mensonge. Vous aurez confiance en lui, vous ne pourrez pas l’éviter, et pourtant ce sera une énorme érreur. Uriel vous manipulera, il vous fera penser exactement ce qu’il veux que vous pensiez. Et vous ne pourrez pas l’éviter. Vous le croirez. Vous lui ferez confiance. Ce ne sera pas de votre faute. Il est simplement doué.


Histoire


Un tueur voilà ce qu'il était. Lui aurait préféré l'appellation de libérateur. Enfant, il avait vu souffrir celle qu'il avait considérée comme sa petite soeur. Elle était sa cousine en réalité, et leur tante les maltraitait tous deux. Cette femme fut la première qu'il tua. Il avait 16 ans et elle était rentrée ivre une fois encore. Jamais il ne parlerait de les raisons qui le conduisirent à faire ça, pas même à l'agent de la protection de l'enfance qui se chargea de lui jusqu'à la majorité. Tout ce que dit son dossier à propos de l'incident est qu'il la tua. On retrouva son cadavre baignant dans son sang au milieu du salon. Uriel était celui qui avait appelé la police. Il était couvert de sang des pieds à la tête. Tout ce qu'il réussir à tirer de lui avant longtemps ce fut qu'il l'avait tuée. Il refusa de dire pourquoi ou de raconter ce qui se passait chez lui. Ce fut la gamine qui leur raconta tout. Uriel lui s'enferma dans un mutisme qui dura une année entière.

À 17 ans il recommença à parler. Peu au début, puis de plus en plus. Il semblait même avoir surmonté les événements. Sa psy écrivait dans ses rapports qu'il allait de mieux en mieux et qu'il n'était un danger ni pour lui ni pour autrui. Tout le monde pensait que ce qui s'était passé n'était qu'un fait isolé. Un événement qui avait faillit gâcher la vie de ce pauvre gamin à la tignasse noire. Ils étaient même admiratifs qu'il s'en tire aussi bien. Mais la vérité est que si Uriel n'en souffrait pas c'était parce qu'il ne ressentait absolument plus rien. Il était comme mort et c'est la mort qu'il avait attendue pendant un an. Un an sans parler, à attendre que la faucheuse passe ramasser son âme souillée par le sang. Mais elle n'était jamais venue. Il avait réfléchit aux raisons qui pouvaient bien expliquer qu'il soit toujours sur terre. Puis il compris. Il se souvint de la signification de son prénom. Il avait toujours trouvé ça débile de porter le nom d'un ange. Un être fictif faisant partie d'une fausse croyance sur laquelle les hommes se reposaient pour atténuer leur peur de la mort. Lui qui ne croyait en rien n'avait fait que l'attendre cette mort. Mais peut-être que son rôle était de la dispenser. Il avait déjà tué sa tante, un être trop vile et pitoyable pour vivre en ce monde. Soit cruel avec tes ennemis mais ai pitié des faibles. Il avait désiré la mort parce qu'il ne supportait plus ce monde, mais le destin en avait voulu autrement. Ce serait à lui de délivrer les faibles de ce monde trop cruel pour eux. Il les tuerait tous. Il ferait taire leurs souffrances.

*
* *

Les années passèrent et la psychose d'Uriel s'aggrava en des proportions démesurées. Si au début il choisissait ses cibles de façon méticuleuse, il avait cessé depuis fort longtemps de s'en préoccuper. Au début il tuait des jeunes femmes qui avaient vécu des choses trop immondes pour qu'elles puissent en guérir un jour. Des femmes battues, des victimes de viol, d'inceste, des femmes qui avaient succombé à la drogue, mais aussi des prostituées dont des hommes avaient fait leur esclaves et qu'ils utilisaient pour s'enrichir. Il les tuait, méthodiquement, sans arme, de ses propres poings. Il les séduisait, les emmenait à l'écart. Il leur promettait de les sauver et en un sens c'était ce qu'il faisait. Il les libérait de l'enfer qu'était leur vie. Mais ces salopes ne le remerciaient jamais. Mais il ne leur en voulait pas de leur ingratitude. C'était normal d'avoir peur de la mort. Lui la peur l'avait abandonné, ainsi que l'amour et tout autre sentiment. Il ne se sentait vivant que lorsqu'il tuait. De temps en temps en y réfléchissant il se demandait s'il était pas simplement un tueur qui s'était forgé une excuse pour pouvoir tuer sans remords. C'était comme s'il y avait deux Uriels. Le premier charmant et sympathique vous semblerait le plus gentil et poli des hommes si vous le rencontriez. Cet Uriel là est infirmier et cède sa place aux vieilles dames dans les transports en commun. C'est aussi le chic type qui donne toujours un billet au mendiant au bout de la rue et qui accepte de ne pas boire en soirée pour pouvoir reconduire tout ce petit monde ensuite. Le deuxième Uriel par contre... Son regard froid et vide vous glacerait le sang dans les veines. Il n'a aucune pitié, aucun remord. À aucun moment il ne vous laissera pas la moindre chance. Cet Uriel là aime tuer, il éprouve un plaisir et une excitation sans limites lorsqu'il voit jaillir le sang d'une femme réduite en bouillie par ses propres poings. Priez pour ne jamais voir ce deuxième Uriel.

Il n'y eut en tout et pour tout qu'une seule femme qui fut capable de dompter cet Uriel là, ou peut être que ce fut l'attention du premier qu'elle attira. Mais Uriel n'avait pas pu la tuer. Il ne comprenait pas pourquoi, mais il ne le pouvait pas. Il ne voulait pas voir la lumière dans ses yeux s'éteindre. Il ne voulait pas que son coeur arrête de battre. Il voulait que son corps reste chaud et vivant comme au jour de leur rencontre. Pour la première fois depuis près dix ans, Uriel éprouva quelque chose à nouveau. Il faillit la tuer et elle faillit le tuer, mais ils se sauvèrent mutuellement la vie. Il chassa un tourment du passé qui était revenue la hanter et, lorsqu'il fut en difficulté, elle vint le sortir du pétrin. Elle l'acceptait pour ce qu'il était, un tueur froid et sanguinaire. Un être qui ne vivait depuis des années que pour apporter la mort à des innocentes. Mais elle-même avait tué de nombreuses personnes. Elle était folle à lier. Son esprit n'étaient que méandre incompréhensibles causées par un passé de souffrance. Leurs deux âmes étaient aussi mutilées l'une que l'autre et peut-être était-ce pour ça qu'ils se complétaient si bien.

Mais toutes les bonnes chose sont une fin et leur histoire se termina aussi de façon dramatique. Ils se quittèrent en mauvais termes. Et depuis ils ne se sont plus revus. Pourtant Uriel n'a pas recommencé à tué. Du moins pas aussi activement qu'avant. Toutes les femmes lui rappellent celle qu'il perdit voilà déjà un an.




Description


Uriel a des gouts vestimentaires aussi changeants que sa personnalité. En général il aime les vêtements qui le mettent en valeur, sans que ça ne lui donne un air prétentieux. C'est lorsqu'il veut gagner la confiance de quelqu'un qu'il adopte ce style, pour donner l'impression qu'il est normal. Il essaie en quelque sorte de ressembler à la personne qu'il veut charmer. Mais des vêtements plus sport lui plaisent tout autant. C'est plus pratique, ça donne une plus ample liberté de mouvements. Ce genre de vêtements, il les aime blancs. Enfin, ce qu'il aime surtout c'est l'effet du sang de ses victimes par dessus...Aussi, si vous le voyez venir habillé de cette façon, je vous conseille de trouver une bonne...non, une excellente cachette.


Légendes urbaines ?


Les légendes urbaines... Rien que des histoires à dormir debout. Des récits fait pour foutre la trouille au gosses. Seuls quelque imbéciles y croient fermement. Ce que d'on on ne peut prouver l'existence n'existe tout simplement pas.



Behind The Screen

Vous pouvez m'appeler : Votre majesté, ça ira. Roll
Il semblerait que je sois : L'un des fondatrices de ce forum. O.o
Mon âge : 19 ans.
C'est ainsi que j'ai connu le forum : L'ai créé avec deminounette. u.u
Ma présence à Rosewood : Le plus souvent possible.
DC : Trevis Monroe & Dante Inferno
Code :

CODE BY DEMI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: •• Uriel Jones   Sam 6 Oct - 12:48

Eeeeeeeeet je m'autovalide. u.u


Avada Kedavra Motherfucker
“I chose bimbos. Bimbos make me happy. Bimbos make me fell alive. Bimbos make me want to pretend to be a better man. My heart belongs to bimbos.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

•• Uriel Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Mercedes Jones - Say I am Wonderful !
» Kathleen Jones
» Né en 17 à Leidenstadt de Fredericks, Goldman, Jones...
» Joana Jones *

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosewood Wars :: 
 :: 
Présentation
 :: Fiches validées
-