Partagez | 
 

 Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 162

MessageSujet: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Ven 2 Mar - 11:41

    Citations au début des catégories : © The Pretty Reckless. / Citation à la fin de l'histoire, en français : © YU`NOW.

Welcome to Rosewood City, Mademoiselle Jour.
« 'Cause all I'm is a blonde rebellion. »
  • Nom : Lullah DAY (ft. Taylor Momsen)
  • Âge : Dix-neuf ans.
  • Groupe : Informateurs.
  • Métier :
    Lullah travaille en tant que serveuse dans un bar un peu
    mal fréquenté. À ses heures perdues, elle a aussi eu la mer-
    veilleuse idée d'enrôler le masque de tueuse à gage pour dif-
    férentes guildes. Quand on n'a pas d'argents et qu'il faut vi-
    vre, il faut savoir faire des sacrifices... comme la vie des au-
    tres par exemple.


•________________Physique.

« Everybody wants to see me down
With my body on the dirty ground »

Lullah est une jeune fille mesurant dans les un mètre soixante-dix et ne dépassant pas les cinquante trois kilos. Elle n'est pas anorexique, mais elle le fut et ce n'est pas vraiment une fierté pour elle. Elle était pourtant fluette à cette époque mais ça ne l'a pas empêché de tomber dans ce cercle vicieux. Aujourd'hui encore, elle sort progressivement, doucement de cette période et semble à deux doigts de se casser en deux comme si son corps n'était qu'un fin bâton sous l'emprise du vent. À part cette erreur de parcours, on pourrait facilement la prendre pour une poupée à cause de sa peau claire, de son allure élancée et raffinée, de cet aura peut être envoutant qu'elle dégage, mais ce n'est absolument pas le cas. Contrairement à ces objets de cire ou de plastique, sa peau est tiède et dégage une chaleur qui vous enveloppe facilement malgré sa blancheur à vous couper le souffle. Lullah a toujours détesté qu'on la compare à une poupée. Une chose si.. docile, si manipulable, si fragile, non, ce n'est décidément pas pour elle. Cette couleur de peau est simplement due au fait qu'elle ne sorte que très peu étant donné qu'elle n'aime pas la lumière du soleil. Ce n'est donc pas anormale que sa peau soit aussi albâtre. Assez parlé de sa peau, passons au reste. De fins traits composent son visage ovale joliment encadré par de longs cheveux blonds platines qui virent plutôt au blanc qu'autre chose. Il lui arrive parfois, dans un excès de folie, de se les teindre mais cela ne dur jamais bien longtemps et elle retombe toujours dans cet impénétrable blond/blanc qu'elle aime tant. Pour vous donner une idée de la longueur de cette crinière, s'ils ne lui arrivent pas aux reins, ce n'est pas très loin. Enfin bon. Les lèvres de la demoiselle sont bien proportionnées, ainsi que son petit nez, pâles et rarement colorées sauf si envie passagère. De magnifiques yeux bleu-gris percent cette blancheur et sont souvent cernés d'une bonne dose de khôl noir qui rend son regard encore plus intriguant et qui contraste avec la clarté de sa peau et de ses cheveux.

Lullah n'est pas forcément le genre de personne à parfaitement prendre soin d'elle, à appliquer des crèmes ou je ne sais qu'elle autre imbécillité. Elle se laisse vivre, le minimum vital. Ses longs ongles sont presque tout le temps manucurés de noir et si ce n'est pas du noir, c'est un rouge sang, bordeaux, assez foncé. Elle a aussi les oreilles percées et possède plusieurs tatouages. Le plus imposant et qu'elle cache tout le temps est ce grand dragon qui démarre le long du côté droit de son bassin et qui remonte en serpentant ses côtes jusqu'à s'arrêter sur son omoplate droite, la gueule ouverte, prêt à dévorer son cœur qui se trouve juste en face. Ce tatouage est en noir et blanc mais malgré tout, on peut observer quelques discrètes nuances colorées. Ce tatouage, Lullah le cache sans arrêt et elle évitera toujours les interrogations si elle a un jour baissé sa garde, vous êtes prévenus. Pour continuer sur les tatouages, Lullah possède aussi une petite croix remplie à l'intérieur de son poignet gauche. Là non plus, ce ne sont pas vos affaires.

En ce qui concerne sa tenue vestimentaire, Lullah s'habille avec tout ce qui lui tombe sous la main. Chemise trop grande, pantalon troué, elle s'en fiche puisqu'elle customise ses affaires pour les rendre à son goût. Passant d'un style à l'autre, elle ne se pose jamais dans une catégorie précise et innove au fil des jours et de ses envies. Il lui arrive de porter une longue chemise d'homme beaucoup trop grande pour elle par dessus un jean totalement délavé et troué, ou bien une jolie robe blanche. Ce contraste ne la gène pas puisqu'elle s'habille comme elle le sent. Elle n'est pas du genre à se prendre la tête avec ça, oh ça non. Il faut préciser que cette demoiselle est une grande fanatique des bracelets et qu'il n'est donc pas rare d'en voir une tonne sur chacun de ses fins bras. Et si cette description n'est pas assez complète, vous n'avez qu'à la rencontrer !



•________________Caractère.

« I'm miss autonomy, miss nowhere
I'm at the bottom of me
Miss androgyny, miss don’t care
What I've done to me »

Au premier abord, la petite poupée ne semble pas différente des autres. A part, peut être, trahie par son style vestimentaire, mais à part ça, elle semble tout à fait ‘normale’. Qui penserait que derrière ce visage enfantin se cache une sorte de monstre abominablement sadique, ou la bestiole sauvage qui vous arrache votre vie la nuit ? Qui imaginerait le fait qu’elle ne vive pas dans un appartement avec un amant admirable, romantique et fidèle mais dans la rue errant la nuit ? Qui imaginerait qu’une petite demoiselle comme ça aurait un passé aussi lourd ? C’est le parfait exemple pour la célèbre phrase :  « Les apparences sont parfois trompeuses. » Oui, ne vous fiez jamais aux apparences. Ce ne sont que des masques qui cachent la personnalité, la vraie. Elles sont là pour vous rassurez pour mieux pour sauter à la gorge après, ou pour vous effrayer alors que ce n’est pas utile. Qui sait vraiment ce qui ce cache derrière un masque ? Enfin bon, d’apparence Lullah Day est une jeune femme tout à fait normale, tout à fait banale. Qu’est ce que la normale ? C’est ce qui est conforme à une moyenne considérée comme une norme ; qui n’a rien d’exceptionnel. On est bien d’accord, Lullah n’a rien d’exceptionnel. [:

    ♦ : SAUVAGE & AGILE & AVENTURIERE
Je vais commencer par l’un des côtés les plus étranges de la jolie petite poupée : sa sauvagerie. Quand je dis sauvagerie, ce n’est pas à prendre au simple sens du terme comme « brutale », simplement « sauvage » ou encore petite gamine qui se prend pour une rebelle [ Le dernier était en option ]. Lullah regroupe tous les sens de ce mot en elle. Que ce soit le fait qu’elle ne soit pas apprivoisée, qu’elle pousse naturellement comme une plante n’ayant pas besoin de culture, qu’elle soit déserte ou encore inexplorée, qu’elle ait quelque chose de féroce, de cruel, de violent, de grossier, qu’elle ne tienne pas compte des règles et des lois, qu’elle ne soit pas civilisée, qu’elle fuit la société, bref la jeune femme colle parfaitement à ce petit mot ‘sauvage’ de sept pauvres lettres. Lullah se comporte un peu comme un animal ressemblant à un chat, un tigre, un lion, une panthère, bref un félin qui diffère en fonction du moment, du besoin et des humeurs. Elle est dotée d’une grande agilité qui lui permet de grimper un peu partout, ce qu’elle ne se prive pas de faire en ignorant le danger. Elle se déplace calmement, rapidement, silencieusement et surtout pieds nus à la manière d’un félin traquant sa proie. Bien sur, il lui arrive de se comporter normalement. Elle n’a pas un odorat aussi développé qu’eux, mais elle compense avec sa vue pointue et son ouïe qu’elle essaye de développer. Il lui arrive aussi de se servir de son odorat, rassurez vous. Elle renifle comme un petit chaton, qu’elle est mignonne cette petite. Elle a aussi pris la fâcheuse manie de montrer les dents en sifflant tel un chat enragé lorsqu’elle n’est pas contente, qu’on la contrarie ou qu’on l’énerve. Bon, elle prévient, c’est déjà ça. Je ne m’étendrais pas plus sur ce sujet, ce ne serait pas drôle après. Il faut aussi mentionner son côté « aventurière ». Lullah n'aime pas rester au même endroit, tout le temps, elle aime découvrir, elle aime vadrouiller, vagabonder, explorer. Elle n'a pas peur du danger, n'a pas peur de se faire mal, n'a pas peur d'avoir mal. En gros, remballez vos opinion à son sujet, cette petite poupée n'est pas la fifille à sa maman qui ne touche rien de peur de se casser un ongle.

    ♣ : HALLUCINATIONS & VOIX
On continue sur la lancée des étrangetés : les hallucinations. Oui, Lullah est victime d’hallucinations. Ce poison touche sa vision et déforme momentanément ce qu’elle voit pour lui montrer d’étranges et d’horribles choses. Pour de simples exemples, il lui arrive de voir : ses bras qui se putréfient, un visage qui se déforme, un canapé qui devient vivant, et j’en passe. Il est rare que ses hallucinations visuelles soient agréables et d’ailleurs lorsqu’elle en est victime, elle fait souvent une crise d’angoisse. Mais ses hallucinations ne s’arrêtent pas là, notre petite est un peu une Jeanne d’Arc bis car elle entend des voix, mais ce sont des voix très étranges. Elles naissent dans un coin et résonnent en un chuchotement répété comme si elles se trouvaient dans une grotte. Ca peut être des phrases, des mots, ou simplement un bruit, une onomatopée. Mais ce n’est pas fini ! C’est qu’elle est gâtée la petite. Il lui arrive aussi d’avoir l’impression qu’on la touche, qu’on a frôle ou qu’on l’observe alors qu’il n’y a personne dans la pièce. Les hallucinations touchent donc aussi ce point là. Ce n’est pas une chose à prendre à la légère. Il se peut qu’elle ne reste pas indifférente à ses hallucinations et qu’elle se mette à devenir extrêmement violente. C’est à ce moment là que vous devez jouer le petit membre qui prend ses jambes à son cou pour éviter de vous retrouver avec une jolie entaille qui vous fera penser à elle. Néanmoins, Lullah possède des périodes où ses hallucinations sont plus ou moins fréquentes. Mais cela n'est pas bien important, n'est ce pas ?

    ♠ : VIOLENTE & OBSTINEE & FORTE & INTELLIGENTE
Comme je le disais plus haut, Lullah peut devenir très violente et, par la même occasion, ingérable. Elle sait se battre, et elle ne le cache pas. Tout ça est bien sûr lié à son passé qui la ronge encore. Oh, elle n’a pas peur de se faire mal. Ne vous inquiétez pas pour elle, elle a subit des choses qu’on ne devrait pas subir. Mais elle a su s’en servir pour se construire une carapace en béton armé. Inutile de vous préciser qu’avec elle, n’importe qu’elle objet devient une véritable arme de combat. Oui oui, une petite cuillère, de la patte à fixe, une cigarette peuvent devenir des armes redoutables. Vous ne me croyez pas ? Vous verrez bien par vous-même. Cette violence devient très vite incontrôlable et ingérable car cette demoiselle est très obstinée. Elle va toujours au bout de ce qu’elle entreprend quitte à y laisser la vie, ça lui est égal. Ah oui oui, c’est assez obstiné ça quand même. Elle achèvera son travail même si ça doit durer des années. Vous devriez savoir qu’un chat n’abandonne pas sa nourriture !
Niveau force, Lullah sait se servir de ses muscles même si ce n'est pas Hulk non plus, faut pas exagérer non plus. Le plus redoutable est certainement son intelligence. Ce n'est pas Einstein mais elle analyse toujours la situation pour éviter qu'elle ne se retourne contre elle. Néanmoins, elle est humaine et il arrive qu'elle se fasse avoir... Et oui. Le secret aussi, quand on est pas Hulk, c'est de savoir viser.. tout n'est qu'une question de volonté !

    ♥ : SANS ATTACHE & CRITIQUE
Je vais maintenant aborder un point important. Lullah n’est pas vraiment comme tout le monde. Cette petite ne connaît en aucun cas l’amour, l’amitié, ce genre de chose. Elle n’en a jamais entendu parler. La seule chose qu’elle connaisse est la haine quoi qu’elle ne sache pas comment s’appelle ce qu’elle ressent. Je pense qu’il n’est pas utile de vous dire qu’elle ne sait pas vraiment à quoi correspondent un baiser, toutes les choses comme ça. Elle n’a jamais éprouvé d’attachement ou été attirée envers quelqu’un, ni même le sentiment de se sentir bien ou d’être en sécurité, ni même avoir besoin de quelqu’un. Cette jeune femme s’est toujours contentée d’elle-même sans chercher à connaître quelque chose de nouveau. C’est donc inutile d’essayer d’être un peu proche d’elle puisqu’elle ne voudra pas la pareille. Sa vie est rythmée par les pulsions qui la traversent ainsi que ses sautes d'humeur. Être gentille, aimée ou pas, elle n'en a.. rien à faire. En fait, elle aime bien se moquer des autres. Oui, c'est assez drôle. Rabaisser les autres comme elle pourrait se rabaisser elle même, voir l'égo d'une petite débile se briser comme un miroir, ça l'amuse. C'est désespérant hein ? On ne la changera pas cette petite...

    ♦ : "DROGUEE" & ALCOOLIQUE
Je vais passer un peu vite sur la dernière partie parce que le titre est éloquent finalement . Il faut savoir que Lullah supporte très mal la lumière du jour et préfère nettement vivre la nuit. Ce qui n’a certainement AUCUNE logique avec son nom de famille, je vous l’accorde. C’est une petite poupée bientôt alcoolique si elle ne calme pas tout de suite le jeu. Bon, elle fume aussi, elle a tous les vices cette jeune demoiselle. Pauvre petite. Vous avez déjà vu un chat alcoolique vous ? OO Bref, après tout, c'est sa vie hein, on s'en fiche.

Le comportement de Lullah peut changer : s’améliorer, ou s’empirer. Il ne faut donc pas s’en tenir qu’à cette présentation car elle peut se comporter différemment. Très différemment. Il faut aussi retenir que lorsque vous croyez enfin l'avoir attrapée dans vos filets, elle finit toujours pas s'en échapper. La liste ci-dessus n'est bien sûr, pas exhaustive.



•________________Histoire.

« I'm hangin on the edge of the world
I'm clutching to a string
And my life is crumbling down »

    « Tue là ! Lullah, tue là ! »

Lullah ferma vivement ses petits petits yeux clairs. Elle ne pouvait pas la tuer, elle ne pouvait pas lui ôter la vie quoi que l'homme puisse dire. L'arme à feu tremblant dangereusement entre ses petites mains enfantines, la petite fille à la longue chevelure blonde tentait de se concentrer malgré les soubresauts que lui imposait son petit corps. Malheureusement pour elle, sa nature semblait aller à l'encontre des ordres qu'elle venait de recevoir. Le corps tremblant, les larmes aux yeux, la gamine se mordit la lèvre inférieure et s'apprêta à appuyer sur la détente, prise d'un élan de courage, mais elle finit par se raviser sous le regard furieux de l'homme qui jurait entre ses dents. C'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait pas tuer. Elle se laissa alors tomber à genoux dans la poussière de la banlieue mal famée. La femme attachée en face d'elle s'époumonait pour appeler à l'aide mais personne ne n'allait venir la sauver, du moins pas tant qu'elle était enfermée dans cet entrepôt délaissé. Elle aussi avait les larmes aux yeux, tout comme la gamine qui regardait à présent le sol.

    « Dwayn, finis-en avec les autres, je m'occupe de Lullah. »

Une voix avait résonné, grave, menaçante. Dwayn ne se fit pas prier et partit obéir aux autres tandis que l'homme se rapprochait de la petite fille agenouillée sur le sol. Lorsqu'il fut à sa hauteur, il jeta un regard méprisant sur la victime et attrapa sans la moindre tendresse, sans trop de violence non plus, la petite blonde par le bras pour la relever sans lui accorder le moindre regard. Rapidement, il s'agenouilla à côté d'elle afin de se mettre à sa hauteur tandis que l'enfant tentait d'effacer ses larmes avec la paume de ses mains crasseuses ce qui laissa de sombres trainées sur ses joues pâles. Il attrapa les bras fluets de l'enfant et les tira vers lui en lui remettant l'arme en mains de manière à ce qu'elle ait les bras tendus devant elle. Lorsque ce fut fait, il se releva et alla se placer derrière elle en mettant ses grosses mains sur celles de l'enfant, maitrisant désormais la situation. Il s'abaissa légèrement, mit son œil au niveau de l'arme et de l'épaule de la demoiselle en pleurs puis tira, sans le moindre remords. La femme cria de douleurs alors que l'homme se relevait comme si de rien n'était. Il claqua des doigts et un second homme acheva la femme pendant qu'il enlevait l'arme des mains de l'enfant paralysée, la trainant en même temps vers l'extérieur.


Lullah avait seulement neuf ans lorsqu'elle tua pour la première fois. Neuf ans, l'âge auquel sa vie bascula.


Lullah est née une brumeuse matinée de dix-sept novembre dans une banlieue malfamée d'une ville non loin de Rosewood City parmi les poubelles vomissantes de détritus puants. Ce matin là, il faisait anormalement froid et la banlieue était calme... Beaucoup trop calme. Candice, sa mère, eut du mal à se sortir seule de cet accouchement. Son mari ne pouvait pas l'aider ce jour là car il était certainement en train de sillonner les rues à la recherche de clients vivants ou.. même bien morts. Au départ, elle crut mourir lorsque les contractions apparurent mais lorsque Lullah se mit à crier à s'en déchirer les poumons, elle réalisa qu'elle était belle est bien vivante avec une vie dans les bras... soit une bouche de plus à nourrir. Elle l'avait toujours répété à Nathan : ce n'était vraiment pas une bonne idée de garder cet enfant. Tout d'abord, ils n'avaient pas les moyens de nourrir une troisième bouche. Et deuxièmement, la naissance de Lullah, le fruit de leur chair, serait une cible potentielle pour le groupe de crime organisé que Nathan avait rejoint dans l'espoir d'obtenir une situation plus convenable. Candice le savait, si jamais Nathan faisait un faux pas, le chef ne se gênerait certainement pas pour s'en prendre à leur enfant. Sur le moment, Candice fut partagée entre l'idée de tuer, ou d'abandonner, Lullah et celle de l'élever... Elle finit par se décider à la garder.

Habitant dans un coin délabré d'un quartier délabré d'une banlieue malfamée et.. délabrée de cette ville, les Day tentaient de survivre du mieux qu'ils pouvaient. Les deux parents avaient trouvé un vieux bâtiment en ruine et abandonné à moitié caché par les railles de métro qui survolaient sauvagement la ville. Les fenêtres cassées furent renforcées par des cartons moisis et couverts de rouille, scotchés du mieux qu'ils pouvaient l'être. La porte d'entrée, sans serrure, fermait grâce à un système assez innovant que Nathan avait mis au point un jour de congé assez agité. À l'intérieur, il n'y avait presque rien. Une petite gazinière fuyante et dangereuse qui trônait solitairement près d'un réfrigérateur en fin de vie. Un canapé éventré face à une fenêtre condamnée. Quelques énormes bobines de câbles faisant office de tables, des meubles récupérés. En montant l'escalier cassé et grinçant pour atteindre l'étage, on admirait ce magnifique éboulement de mur donnant sur un large poteau soutenant les lignes du métro. Là haut, un petit lit fait avec rien où les ressorts du matelas prenaient tranquillement l'air. On ne pouvait pas dire que la maison était calme car toutes les cinq à dix minutes, un métro faisait surface des entrailles de la terre et parcourrait son chemin dans un vacarme assourdissant qui faisait trembler les fenêtres et les murs. Candice, face à cette misère, avait cédé à la prostitution pour pouvoir ramener un peu d'argent à la maison puisqu'elle ne possédait aucune qualification et que personne ne voulait l'embaucher. Depuis la naissance de Lullah, elle travaillait deux fois plus pour tenter de lui payer une éducation mais elle avait beau travailler de plus en plus, son salaire, lui, n'augmentait pas de façon conséquente. Nathan n'approuvait pas du tout le choix de sa femme mais il devait avouer qu'il ne pouvait pas l'en empêcher. Leur situation était tellement critique que tous les moyens étaient bons pour gagner de l'argent. Oui, les Day se situaient en bas de l'échelle sociale.

Avant de rencontrer Candice, Nathan travaillait en temps qu'épicier dans une petite boutique à l'angle d'une rue de la ville. La gérante tombant malade, Nathan fut poussé dehors et se retrouva sans emploi du jour au lendemain. Il enchaina alors les petits boulots et finit par trouver une situation stable dans une vieille famille comme homme à tout faire. Famille qu'il finit par abandonner car ce travail ne lui rapportait pas assez d'argent pour vivre. Au bout de sept années de bons et loyaux services, Nathan se retrouva une nouvelle fois à la rue et finit par intégrer un groupe de crimes organisés dans l'espoir de gagner plus d'argent. Finalement, son intégration ne fit pas glorieuse et il se fit énormément d'ennemis. Quand on est un ancien épicier, qu'on n'a jamais vraiment baigné dans le métier, on commet pas mal d'erreurs. Petites erreurs qui ont causé d'énormes dégâts. Il dût quitter sa ville natale pensant fuir ses ennemis afin de recommencer une nouvelle vie, loin de tout ça, loin des morts, loin des meurtres. Malheureusement, ce groupe avait tissé sa toile même dans d'autres villes et il dut se cacher, encore. Entre deux fuites, il rencontra Candice, cette magnifique femme élancée qui s'occupait de faire la plonge dans un petit bar. Ce fut le coup de foudre, certainement la seule chose bien qui lui arriva de sa vie. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, n'est ce pas ?... Le groupe retrouva Nathan et ils enlevèrent Candice dans le but de lui faire du chantage pour qu'il réintègre la famille s'il ne voulait pas que sa chère femme finisse sur le parquet, morte. Le couteau sous la gorge, Nathan réintégra les rangs, surveillé de près par le chef. Pour tout vous dire, il avait une trouille bleue qu'ils s'en reprennent à Candice et c'est certainement à cause de cette peur qu'il suivit le groupe comme un petit chien chien et qu'il ne fuit pas une nouvelle fois.

Les parents de Lullah rêvaient tous les deux d'un avenir meilleur pour leur petite fille. Entre le groupe de crimes organisés et la prostitution, il fallait dire qu'on pouvait trouver plus glorieux tout de même. Soucieux de cet avenir meilleur, Candice et Nathan se serrèrent un peu plus la ceinture pour offrir une éducation à leur unique enfant. Lullah grandit alors comme n'importe quel autre enfant. Bien sur, tout était relatif, mais c'était toujours mieux que de ne pas savoir écrire ou lire. Lullah alla à l'école et commença petit à petit à connaître les joies de la société. Au départ, tout ce passait à peu près bien. Il y avait des personnes qu'elle aimait bien, des personnes qu'elle n'aimait pas, mais elle ne cherchait pas les poux aux autres. Elle se faisait discrète et attentive. Toujours attentive comme son père lui répétait sans cesse. Mais étonnement discrète afin d'observer les autres, de mieux percer leurs mystères. Malheureusement, tout finit par changer lorsqu'un enfant révéla innocemment à ses parents que Lullah était certainement la plus pauvre enfant de l'école. Du jour au lendemain, des enfants lui tournèrent le dos et elle prit vite le statut de bouc émissaire. L'image de la petite blondinette au carré maladroitement coupé et aux petites robes légèrement sales, l'image de la petite fille adorable se brisa en milles morceaux et elle devint LA risée de la société. Rejetée, sujet de moqueries et de blagues vraiment mesquines, Lullah finit par détester l'école. Du haut de ses petites années, l'enfant ne comprenait pas pourquoi les autres ne voulaient plus jouer avec elle, pourquoi tous ses ami(e)s ne l'aiment plus. Attristés par ce retournement de situation, les parents de la petite Lullah cherchèrent des explications, explications qu'on ne leur donna, évidement, pas. Ils durent donc changer leur enfant d'école pour stopper cette injustice. Un nouveau départ, une nouvelle chance... Et le schéma recommença. Il fallait se rendre à l'évidence, Lullah ne pouvait pas changer d'école tous les trois quatre matins, elle resta donc dans cette dernière alors que les moqueries commençaient à réapparaître. Mais passons. En parallèle, lorsqu'ils estimèrent que leur fille avait l'âge de travailler pour pouvoir se nourrir, c'est à dire vers ses sept ans, ils l'envoyèrent à la décharge la plus proche pour ramasser tout ce qui pouvait être revendu. Au départ, elle n'était pas très efficace et ne ramenait presque rien mais lorsqu'elle comprit ce qu'il fallait faire, elle ramena assez d'argent pour soulager ses parents de sa portion alimentaire. ( Soit... Pas grand chose au final ) C'est ainsi que tous les soirs et tous les week-end, la petite Lullah Day sillonnait les chemins sinueux et terreux menant à la décharge la plus proche. Il y avait pas mal de marche pour y aller mais sur le chemin, l'enfant s'amusait simplement avec son ombre. Comme quoi, on peut être heureux avec des choses simples.. Tellement simples.

Candice, de son côté, avait des difficultés à ramener de l'argent. Ses clients se faisaient de plus en plus rare car de la concurrence s'était installée près de son lieu de travail ne lui laissant que les clients violents et pauvres. Nathan quant à lui, omnibulé par la situation de sa femme, ne faisait plus vraiment bien son travail. Le chef était très mécontent de lui et le menaça de s'attaquer à sa femme un nouvelle fois dans l'espoir de le remotiver. Un membre ne devait pas être inutile et s'il le devenait, il devait tout simplement mourir. Le groupe n'était pas au courant de la naissance de la petite Lullah car les parents la gardaient à l'écart du mieux qu'ils pouvaient afin d'éviter les pressions et le chantage. Et pourtant tout changea lors du neuvième anniversaire de la petite fille.


Ce jour là, Lullah revenait de la décharge, elle avait réussi à ramasser plus de choses qu'à l'ordinaire et avait même trouvé une montre qui, elle en était sûre, aurait énormément fait plaisir à sa mère. Elle était contente de revenir à la maison plus tôt car elle pourrait raconter à ses parents la rencontre avec la veille dame qui lui parlait de légendes étranges sur une certaine ville de l'autre côté, légendes dont elle ignorait totalement le sens mais qui la fascinaient. Lullah avait pris l'habitude de croiser cette vieille dame sur le chemin allant à la décharge. Elle trainait parfois entre deux carcasses de voitures abandonnées, assise sur son meuble rouge moisi tenant dans ses mains fripées une ombrelle trouée. Son regard était vitreux et reposait paisiblement dans le vide : elle était certainement aveugle mais étrangement, elle reconnaissait toujours la jeune fille qui marchait pieds nus sur la terre, trainant derrière elle son sac de toile. En franchissant la porte de leur maison, Lullah savait qu'elle ne verrait pas son père car il revenait souvent tard le soir mais pourtant, elle aurait juré que sa mère aurait été là. Pourtant elle ne l'était pas. Elle l'appela. Encore. Encore et encore. Mais elle ne répondit pas. Elle l'appela une nouvelle fois et le noir finit par l'envelopper.

Lorsque la petite fille se réveilla, elle se trouvait allongée dans la poussière d'un endroit inconnu. Elle sentait quelque chose de visqueux et de pourtant séché sur le long de sa petite joue pâle. Un liquide rougeâtre qui était venu danser entre les mèches blondes de l'enfant, s'aventurant sur sa peau avant de venir mourir dans son cou. Elle avait horriblement mal à la tête et lorsqu'elle remua ses petits doigts pour sentir le tissu crasseux de son « lit », ils se refermèrent sur du béton qui lui rappa gentiment la peau. Où se trouvait-elle ? Tout ceci n'était pas normal. Gardant les yeux fermés, la petite fille tendit l'oreille. Elle entendait gesticuler non loin d'elle, machinalement, elle se ouvrit brusquement les yeux et se releva pour voir. Ses paupières s'ouvrirent et dévoilèrent de magnifiques iris clairs qui se posèrent sur une femme en face d'elle. C'était sa mère. Lullah sourit pendant quelques secondes avant que tout ceci ne s'efface de son visage, en une fraction de seconde. Elle avait beau avoir neuf ans, elle n'était pas non plus bête. Sa mère se trouvait attachée devant elle avec une bandeau sur la bouche, elle ne semblait pas pouvoir parler. Pourquoi était-elle attachée ? A quoi jouait-elle ? Ce n'était plus l'heure de jouer, elles étaient toutes les deux fatiguées. Et cette chose qui lui liftait la peau, qu'était-ce ? Elle passa doucement ses doigts dans ses cheveux et regarda ce rouge. Ce rouge familier. Du sang.

    « Lullah ? »

La demoiselle sursauta et se retourna vivement vers la source sonore, les bras en avant et les poings serrés comme son père lui apprenait avant de se coucher. Nathan avait consacré pas mal de temps à entraîner la petite fille, il disait que c'était au cas où quelqu'un viendrait l'embêter à l'école, au cas où quelqu'un de méchant voulait s'en prendre à elle et que papa ne pouvait pas l'aider. L'homme rigola avant de s'approcher d'elle sous les hurlements étouffés de sa mère qui tentait de se délivrer de ses chaines comme un dément. Lentement, en lui souriant, il passa la cross d'un révolver entre les mains fébriles de la gamine. Ses yeux pâles se posèrent sur l'objet. Il lui était familier, bien trop familier..

    « Lullah ? Regarde, on joue à un jeu avec maman. Tu vois ce révolver ? Tu vas viser maman et tu vas appuyer ici, d'accord ? Ça ne lui fera pas mal, c'est juste de la couleur rouge. Si tu arrives à toucher maman au cœur ou à la tête, elle sera très fière de toi ! On fait un concours pour voir celui qui est le plus précis. »

Innocemment, Lullah regarda l'arme qu'elle tenait entre les mains. Du haut de ses neuf ans, elle n'était pas si bête... ou peut être que si finalement. Un concours, ce n'était que pour jouer n'est ce pas ? Et niveau précision, son père lui avait toujours dit qu'elle était douée, comme pour l'agilité. L'homme se recula rapidement et la gamine visa du mieux qu'elle put pour atteindre maman comme on lui avait demandé. La balle s'enfonça dans le genou de Candice qui se mit à hurler de douleur. Apeurée, Lullah se mit à trembler sous l'incompréhension et laissa tomber l'arme en reculant. Elle n'était pas censée avoir mal, non, elle n'était pas censée avoir mal ! Les larmes commencèrent à lui monter aux yeux. Lullah regarda l'arme comme si elle tentait de trouver quelque chose qui n'allait pas. L'homme revint près d'elle et lui expliqua que sa mère jouait la comédie. Il se baissa et ramassa l'objet métallique qu'il replaça entre les mains fébriles de l'enfant. Lullah, rassurée, s'apprêta alors à tirer une nouvelle fois lorsqu'une voix retentit.

    « Non Lullah ! Tu vas la tuer ! Arrête ! Arrête ! Lullah, écoute-moi ! Il ment, maman a mal ! »

Tuer ? Elle avait déjà entendu ce mot quelque part. Réfléchit Lullah, réfléchit... Réfléchit ! Tuer.. Tuer.. Tuer, n'était-ce pas ce que son père faisait et qu'il ne voulait pas qu'elle fasse ? N'était-ce pas ce qui faisait horriblement mal et qui ôterait la vie à la personne pour toujours ? Si elle tuait sa mère... elle ne reviendrait plus jamais, c'est ça ? Lullah se mit à trembler de manière plus prononcée. Mais qu'était-elle en train de faire ?

    « Tue là ! Lullah, tue là ! »


[…]

Lullah avait seulement neuf ans lorsqu'elle tua pour la première fois. Neuf ans, l'âge auquel sa vie bascula. Neuf ans, l'âge où elle tira sur sa propre mère, l'âge où son cœur se déchira.



Et la Lullah changea.
Tout se passa ensuite trop vite, beaucoup trop vite. A ce qu'il parait, Nathan reçu un passage à tabac pour ne pas avoir dit qu'il avait eu une petite fille. Dans un groupe, le chef est censé tout connaître, dans le moindre détail, de ses membres. Candice venait de mourir et Lullah, quant à elle venait de tomber entre les mains des plus grands ennemis de son père. Elle ne revit d'ailleurs plus Nathan pendant un long moment. Le groupe l'emporta hors de cette ville, loin, très loin. Pendant des années, ils traitèrent Lullah comme une moins que rien. Tout d'abord parce que ce n'était qu'une fille et parce qu'elle n'avait pas été capable de tuer. Sans compter le fait que c'était la fille d'un membre qui avait tenté de battre de l'aile seul. Néanmoins, ils ne pouvaient pas s'en débarrasser car ils avaient besoin d'elle pour faire pression sur Nathan. Le chef n'avait pas supporté qu'un membre de sa troupe veuille le quitter. S'il avait passé un contrat, s'il était entré, c'était pour la vie et il était hors de question qu'il quitte le groupe. Il connaissait tout : leurs endroits, leurs membres, etc. Le réseau pouvait bien trop facilement être infiltré par l'intermédiaire de cet ex-membre. C'est pourquoi il ne devait pas y avoir d'ex-membre. On est un membre ou on crève. Ils décidèrent donc d'entrainer l'enfant afin de l'enrôler dans ce réseau, de force, pour donner une leçon à Nathan. De plus, cette petite fille n'était pas vilaine à regarder et le chef savait parfaitement que si elle ne se révélait pas utile pour une chose, elle le serait pour une autre. On finit toujours pas trouver quelque chose qui correspond à quelqu'un, n'est ce pas ?

À neuf ans, Lullah commença à se battre. Au fil de ses années de violence, le comportement de la demoiselle se forgea. Rebelle et sauvage dans l'âme, elle se révélait de plus en plus difficile à encadrer et à contenir. Plus le temps passait et plus la demoiselle prenait d'initiatives, parfois justes, parfois dangereuses. Elle faillit y laisser sa vie de nombreuses fois mais quelques membres virent en elle une combattante née. Rebelle, sauvage, agressive, battante et dangereuse, ils savaient que Lullah pourrait parfaitement leur servir sur le terrain. Lullah se battit jusqu'à ses seize ans environ. Entre temps, elle manipula de plus en plus souvent les armes des membres et son agilité et son habilité se décuplèrent. Elle dut tuer d'autres personnes sous la pression de membres du groupes pour soit disant la désensibiliser. Au départ, ces meurtres étaient imposés, contre son grès et au fur et à mesure, Lullah devint insensible. Une sorte de machine à tuer. Quand on grandit avec des œillères sur les yeux, qu'on vit dans la misère, la violence et la guerre, on finit par croire que ce monde est le meilleur puisque c'est là qu'on évolue. Lullah ne savait plus ce qu'était bien ou mal, elle vivait sous les ordres, formatée comme beaucoup d'autres. Oh, elle ne suivait pas toujours ce qu'on lui demandait, non, ça lui valait de nombreuses remarques et corrections, mais au final, c'était certainement pour ça qu'ils la gardaient, pour son tempérament changeant.

À ses seize ans, le groupe décida de la marquer lorsqu'elle tua pour la première fois sans faiblir, lorsqu'elle remplit sa mission. Un dragon fut donc tatoué sur son côté droit. Elle leur appartenait désormais entièrement, c'était irréfutable. Ils ne furent pas capables de cacher leur joie et amenèrent Nathan à Lullah dans la semaine qui suivait. Nathan, accablé par la destinée de sa fille élabora un plan et la kidnappa. Aveuglé par leur euphorie, le groupe ne pensa pas à se retournement de situation et Nathan alla se cacher le plus loin possible de la banlieue. Là, il s'enferma avec sa fille dans un endroit isolé et se décida à reprendre son éducation en mains. Il s'en voulait énormément et il était hors de question qu'il perde, en plus de Candice, sa fille. Scolairement parlant, il ne pouvait plus rien faire mais pour le reste... Nathan passa des mois à faire rentrer dans la tête de sa fille qu'elle ne devait plus se battre comme ça, que ce groupe ne devait plus la rattraper, que ce monde dans lequel elle avait cru grandir n'était que malheur et que dehors s'étendait de vastes plaines calmes qui ne demandaient qu'à être foulées avec joie. Lullah eut du mal à le croire à première vue, profondément enracinée dans ce sentiment d'abandon et de manque avec lequel elle avait grandit mais elle finit par ouvrir les yeux sur la vérité. Dans un travail alors acharné, Nathan fit du mieux qu'il put pour entrainer sa fille à combattre ce groupe si jamais il leur tombait dessus. Lullah apprenait vite, très vite, mais son père ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir de lui avoir donné et de lui donner une telle vie. Il aurait tellement pensé mieux pour elle... Il était trop tard de toute manière, le mal était fait. Peut-être qu'au final, Candice aurait dû abandonner cet enfant sur cette poubelle, comme elle avait commencé à le faire.

Nathan entraina sa fille pendant deux longues années et finit par croire que le groupe avait abandonné leur recherche. C'était bien sur faux. Pourtant, il reprenait petit à petit une place dans le cœur de sa fille. Lullah redevenait un peu plus humaine et de liens très forts se tissaient au fur et à mesure des jours. Proches, solidaires, les deux Day coulaient des jours paisibles malgré l'isolement. Un jour, Nathan décida d'emmener sa fille dans la ville la plus proche pour lui acheter son cadeau d'anniversaire. Changer de ville était fortement déconseillé. C'était comme si elles étaient elles mêmes une entité à elles seules, comme si elles étaient coupées des autres. Un nouvel univers à chaque ville. Passer d'une ville à une autre s'avérait extrêmement compliqué. Mais quand on veut... On peut ? Oh ce n'était pas une partie de plaisir car les étrangers étaient plutôt rares mais.. il se débrouillait. Du moins, il tentait en oubliant les échecs. Ce fut une mauvaise idée car ils furent repérés. Nathan lui avait toujours dit que si jamais cette situation se produisait un jour, que s'il venait à se faire tuer, il fallait qu'elle parte et qu'elle suive à la lettre ce qu'il lui avait durement appris au cours de ces années. Et ce qui dut arriver arriva. Tué d'une balle dans la tête et mourant dans les bras de Lullah alors que le groupe commençait à les encercler, du haut de ses dix-neuf ans, Lullah dût revivre la souffrance de perdre un parent et de l'abandonner. Attrapant le couteau de son père, les larmes aux yeux et le cœur en milles morceaux, elle partit.

La demoiselle passa deux longs mois à fuir pour aller se réfugier dans une grande ville histoire de se fondre dans la masse : Rosewood City. Était-ce un bon choix ou non ? Elle n'en avait aucune idée et tout ce qu'elle voulait, c'était avoir une vie normale pour s'en remettre et venger sa famille. Elle mit un moment avant de trouver un logement et surtout, avant de faire son deuil. Ses deux parents étaient morts près d'elle et à cause d'elle, ses deux parents avaient été tués par ce groupe de crimes organisés. Elle s'en voulait et elle leurs en voulait aussi, à eux, à ces fichus membres. Jamais elle ne leur pardonnerait et elle avait fini par se mettre en tête que s'ils venaient à elle, elle ne se gênerait pas pour les réduire en pièce. Déterminée, Lullah s'entraina encore et encore, affutant ses sens, aiguisant ses poings, ses attaques et ses techniques. Car elle savait que dans ce monde de crimes, ce n'était pas l'agneau qui gagnait mais bel et bien le loup.

En dix-neuf ans de son existence, Lullah ne connut jamais l'amour ni l'amitié. Les seules personnes qui lui étaient chères ont perdues la vie, la détruisant en même temps, alors pourquoi s'acharner à s'attacher et donc souffrir ? Non, ce n'était pas pour elle. Seule, son caractère s'accentua encore. Le côté docile de sa personnalité s'en alla laissant toute la place à la sauvagerie de cette demoiselle. Animée d'un désir de vengeance, elle finit par sortir de son petit chez soi et se mit à sillonner la ville pour obtenir des informations, à droite et à gauche pour remonter le réseau. Le couteau de son père toujours sur elle, elle fit de nombreuses rencontres peu fréquentables qu'elle dut... réduire sous silence à cause de menaces de divulgation de son identité à l'une des guildes. Ah oui, les guildes. Elle apprit que ce réseau qui l'avait détruit n'était pas seul et elle était certaine qu'entre réseaux, ils se connaissaient forcément. Le meilleur moyen d'en connaître les informations d'une était de travailler pour l'autre. C'est donc pourquoi elle finit, par diverses manières plus ou moins légales, à se faire proposer un contrat en temps que, tout d'abord, suiveuse. Ce métier ne lui convenait pas du tout et c'est lorsqu'elle dut abattre un ennemi quand une situation tourna mal que son côté de tueuse se révéla. Voilà comment Lullah devint tueuse à gage. Néanmoins, il était hors de question que son passé reprenne le dessus et qu'elle soit à la botte de l'une d'elle, sous les ordres. Elle proposa alors ses services à toutes les personnes intéressées. Plus on ouvre d'horizons, plus on peut avoir d'informations n'est ce pas ? Lullah a toujours dit qu'elle exerçait ce métier pour l'argent, parce que ça rapportait pas mal et qu'elle en avait besoin, mais... ce n'est pas du tout pour ça, non non. Il suffit que vous rentiez dans son appartement pour comprendre. Les murs de ce dernier sont recouverts de photos, de noms, de post-it, de papiers, de choses diverses, de numéros. Un réseau qu'elle tente vainement de retrouver, de retracer et de remonter afin de l'exterminer, membre après membre, tous plus horriblement les uns que les autres. Au fur et à mesure des missions faite et de l'argent récolté par son petit travail en temps que serveuse dans un bar mal fréquenté ( oui, il faut bien travailler normalement si on ne veut pas être repéré ), Lullah fit l'acquisition de diverses armes plus dangereuses les unes que les autres qu'elle stocke chez elle. En fait, elle n'en a pas tant que ça mais elle prend énormément soin du peu qu'elle a. Ce qu'elle a ? Oh, il vaut mieux ne pas savoir...



I'll never be good enough, you make me wanna die.
Puisque le ciel s'est écroulé et que la terre est érodée,
puis mes chaines se sont brisées et que la liberté est à mes pieds,
il est temps de tout envoyer valser et de jouer.
Puisque cette vie n'est plus qu'un jeu, un jeu où je gagnerai.







So, who will be your companion ?

Type : Arme blanche.
Modèle: Sorte de dague.
Nom : Hope.
Stats :

[Agilité]
38%

[Endur.] 10% ◄ • ► 25% [Force]

27%
                [Précision]

•_______________Description.

« You make me wanna die
I'll never be good enough
You make me wanna die
And everything you love
Will burn up in the light
And everytime I look inside your eyes
You make me wanna die »

On dit que l'espoir fait vivre, n'est-ce pas ?
Lullah serait tout à fait d'accord avec vous.
Mais paradoxalement, l'espoir fait aussi mourir.
Et là aussi, Lullah serait tout à fait d'accord avec vous.

L'arme blanche de cette demoiselle n'est en fait qu'une simple petite dague double tranchant. Enfin simple... Dirons-nous que tout est relatif, n'est ce pas ? Pas plus longue qu'un poing fermé lorsqu'elle est pliée, Hope est très facilement maniable et c'est pourquoi Lullah ne la quitte pas. Cette arme est entièrement en acier inoxydable, de la lame au manche, et se déplie automatiquement en appuyant sur l'oeil bleuté gauche du dragon qui orne le manche. En effet, celui ci vient s'enrouler autours du manche, gueule ouverte, en direction de la lame. Ses écailles sont en argent et deux petites aigues marines sont venues se loger dans les interstices destinées à créer les yeux ce qui révèle un contraste que Lullah aime beaucoup. Le manche est légèrement courbé ce qui améliore la tenue dans la main de la jeune femme et, dans son prolongement, la lame forme une sorte de vague qui, lorsqu'elle s'enfonce dans la chair, laisse de vilaines, de très vilaines, blessures. Si on se penche un peu plus sur la lame de cette arme, on peut facilement remarquer les quatre lettres gravées, un H, un O, un P et un E. De plus, sur le manche est gravé un [H] assez évocateur sur la dangerosité de cette arme. Pourquoi un [H] ? Un [H] comme Hope, un [H] comme hôpital. L'espoir de Lullah, une arme qui lui a, jusqu'à ce moment, toujours sauvé la vie. Un cauchemar pour les autres à cause de cette fichue lame formant une sorte de vague qui, en plus de toucher ce qu'elle souhaite, en profite pour lacérer ce qui se trouve proche de son passage.



•________Informations supplémentaires.

« Blow the smoke right off the tubes
Kiss my gentle burning bruise
I'm lost in time
And to all the people left behind
You are walking dumb and blind, blind »

Lullah se sert « rarement » de Hope. En fait, elle la garde en cas de force majeure. La plupart du temps, elle cache son arme blanche soit dans l'une de ses chaussures mais il peut être le long de sa hanche ou encore dans son soutient gorge, tout dépend des tenues qu'elle porte. Intéressant, n'est ce pas ? Tout ce que je peux vous dire c'est qu'elle ne montre jamais cette arme si elle ne s'en sert pas. Dirons-nous que c'est un peu son.. Joker ? Une sorte de botte secrète.

Comment vous dire... Lullah est le genre de personne qui ne sort jamais désarmée. En effet, elle a tout le temps une arme sur elle en plus de Hope et les trois quarts du temps ce sont deux magnifiques pistolets, des Desert Eagle, de couleur argenté qu'elle transporte contre ses cuisses à la manière de Lara Croft avec, toujours, quelques munitions cachées par ci par là. Ça serait bête de tomber en rade de munitions.. Et pourtant, même si cela devait arriver, elle ne se gênerait pas pour tenter d'assommer son adversaire avec l'une des cross. Néanmoins, il lui arrive parfois d'être désarmée et dans ce cas là... elle ne se laisse pas démonter. Non non. Les ongles, ça griffe vous savez ? A sang et ça fait mal. Très mal ! Lullah sait très bien se servir de ses ongles et.. de ses chaussures à talons. Oui oui, ne la sous estimez pas. En plus d'être souple, agile, précise, elle est intelligente. Comment ça vous en doutiez ? èé




____________________________________________________________________________
•_______________Derrière l'écran.
  • Vous pouvez m'appeler : Je ne me souviens pas vous avoir donné mon numéro pourtant... Hmm. Sinon moi c'est Yuu' ou.. Sha. Shadémonte,non ? *maggle *
  • Il semblerait que je sois : très méchante. Très très très méchante.
  • Mon âge : On demande pas l'âge des gens, ca se fait pas ! Je fais concurrence aux dinosaures, si si, j'vous jure.
  • C'est ainsi que j'ai connu le forum : Y'a eu d'la pub de faite par une des admins, je filtrerai pas èé *couchée *
  • Ma présence à Rosewood Town : Le plus souvent possible. Niveau RP, c'est un peu plus long.
  • Double-compte : Pas pour le moment ;)
  • Mot de passe :



Dernière édition par Lullah Day le Dim 25 Mar - 18:59, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot I. Walker
Star Shooter ✰

avatar


Messages : 55

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Ven 2 Mar - 11:46

Et welc' ! *revient sur l'ordi le temps de rep à ta fiche*

Tiens tiens, j'avais modif les fiches mais jme rend compte que y'a encore des problemes de mise en page au niveau des textes ! xD Je bidouillerai ça plus tard u_u Sinon pourquoi t'as mis une case Infos supplémentaires pour l'arme ? Et non, toi c'est Shabidoudidoubidawouawouatididoumtidambidouwah ! è_é


Elliot Ishaya Walker

Jouons à la guerre, à se mettre en colère et à tomber à terre.
♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Ven 2 Mar - 11:49

    Marchii \o/
    Courage courage ! Tu me diras ce qu'il faudra modifier pour les codes quand t'auras trouvé.
    Tu verras ! Sale curieuse ! è_________é
    Oh le surnom d'lamortquituemêmesit'esd'jàmortetquet'aspasenvied'êtreenterré, sagrandmèrenestringsurunvéloroseàroulettesblueues !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 147

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Ven 2 Mar - 13:52

Bienvenue Shamour! :D ♥
Bon courage pour ta fiche~


« J'admire les drogués. Les accros. Dans un monde où tout un chacun attend quelque désastre aveugle, aléatoire, ou quelque maladie soudaine, le drogué a le confort de savoir ce qui l'attend avec le plus de probabilité au bout de sa route. [...] D'une certaine manière, être drogué c'est anticiper. Une bonne addiction enlève à la mort tout son jeu des devinettes. c'est pour de vrai qu'on planifie sa propre échappée. Et, sérieusement, c'est tellement un truc de gonzesse que de penser qu'une vie humaine devrait se poursuivre indéfiniment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Ven 2 Mar - 16:39

Bienvenue Shasha! Contente que tu nous ai rejoint! =D
Courage pour ta fiche! ^^


Avada Kedavra Motherfucker
“I chose bimbos. Bimbos make me happy. Bimbos make me fell alive. Bimbos make me want to pretend to be a better man. My heart belongs to bimbos.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 11:28

    Message du 2 Mars :
    Merciiii à vous deux ♥
    Oui, je suis contente d'être ici aussi (: J'espère que je serai pas un méchant membre.. (aa) *out*
    Il me reste plus que l'histoire... que je ferai.. plus tard XDD Comment ça je suis pas motivée ce soir ? Pas vrai !

    EDIT :
    J'ai terminé ma fiche (: Aloooors, j'espère que l'histoire collera au contexte comme vous le voyez ( oui oui, j'ai toujours peur de pas voir le contexte comme les autres quand c'est pas purement réel ), si y'a des choses à modifier, ma boite de MP vous est ouverte \o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 79

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 11:38

Ah je lirai tout ça ce soir pour te valider ! Sauf si Trevis le fait avant. Mais je lirai quand meme de toute maniere xD


Daemons Waltzing

La Lune Q♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 11:40

    Aucun problème ! ♥
    Prenez votre temps (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 14:28

Aller, je prend en charge la validation de ta fiche! \o/

"Lullah travaille en temps que serveuse" → Ça s'écrit "en tant que". x)

Ensuite, 45 kg pour une fille de 1m70 c'est vraiment très, très peu. Donc là avec ce poids là elle est vraiment squelettique. Si on regarde l'imc sa corpulence normale devrait se trouver entre 53 et 72kg. Si tu veux qu'elle ai quand mm ce côté mince met lui plutot 53 kg. À 45 elle est en "famine" selon l'imc. xD

Modifie déjà ça le temps que je finisse la lecture de ta fiche. Comme ça si tout est bon je pourrait te valider directement. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 14:47

    Bon courage.
    Erreur d'inattention pour ça, mais si tu veux jouer dans cette cour là mon petit, "je pourrait" c'est avec un s et pas un t et puis "prend" prend un s *OUT* Je suis pas rancunière, non non ! Sans rancune ♥

    Pour le poids tu chipotes oo Mais j'ai changé, même si ses 45kg étaient justifiés par sa sortie de l'anorexie.

    Voilà, en espérant que le reste aille. Bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 14:49

En fait je mesure aussi 1m70, à 52kg je suis maigre. x) Et pour les fautes je sais que j'en fait pas mal, c'est à cause de la fac, c'est le laissé aller total. u_u Le rp va me remettre dans le droit chemin orthographique! O^O

Je continue ma lecture.


Avada Kedavra Motherfucker
“I chose bimbos. Bimbos make me happy. Bimbos make me fell alive. Bimbos make me want to pretend to be a better man. My heart belongs to bimbos.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 14:52

    Baaaah, si tu veux, Taylor Momsen ( la célébrité ) mesure 1m73 pour 50kg je crois, dooooooonc... \o/
    Je t'en veux pas va u.u'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 15:11

Sale anorexique. xD


Dernière édition par Trevis Monroe le Dim 4 Mar - 16:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 15:12

    On est d'accord XD
    Le pire c'est qu'elle se dandine sur scène comme si de rien n'était u.u' Mais je crois qu'elle a repris là èé On s'en fou au pire, je sais *OUT*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 16:04

Et bien tout ceci me parait correct. Très bonne fiche, quelques fautes d'inattention mais rien d'excessif. Je passerait également sur le petit ajout à la structure de la fiche, mais ce sera a éviter pour le double compte à venir. ;)

Bienvenue à Rosewood Lullah Day, j'espère que ton séjour parmi nous sera agréable. Tadam !


Avada Kedavra Motherfucker
“I chose bimbos. Bimbos make me happy. Bimbos make me fell alive. Bimbos make me want to pretend to be a better man. My heart belongs to bimbos.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 16:10

    Merciiiiiiiiiiii *w*
    Le seul ajout que j'ai fait, c'est mettre un bloc en plus car il était nécessaire à la présentation de mon personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 453

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 16:12

Tu aurais pu faire une deuxième partie dans le bloc "description" de base. ^^


Avada Kedavra Motherfucker
“I chose bimbos. Bimbos make me happy. Bimbos make me fell alive. Bimbos make me want to pretend to be a better man. My heart belongs to bimbos.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162

MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    Dim 4 Mar - 16:13

    Oui, j'aurai pu XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Lullah Day ▬ Les apparences sont parfois trompeuses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) Katie McGrath ✣ les liens du sang sont parfois les plus forts [LIBRE]
» Les plus grandes découvertes sont parfois le fruit du hasard. [pv: Alexander / Erwin]
» ROUND 1 - les chiens ne sont pas tous poilus mais sont parfois des hommes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosewood Wars :: 
 :: 
Présentation
 :: Fiches validées
-